fermagic en quartine, sur l’art d’argent facile

.

face à l’art  d’argent facile,  Paul Valéry

fermagic 93,  4ff1

.

.

acrostiche :  la Forme coûte cher

.

.

L ‘art patient,  pendant que d’autres séduisent,

A   reconstruit

F ormes,  parmi ruines

O ù   la rage  est à détruire …

.

R ageusement,  reconstruis :

M ots  savent  détruire

E t  ils séduisent

C eux  qui ne savent apprécier  que ruines

.

O u   détruire …

U ne  fois que  tous les arts  en ruines

T oi,  ridicule,   reconstruis …

E t  que d’autres  séduisent

.

C eux  qui n’aiment  que ruines !

H umains  paient  pour qu’on les séduise,

E xploite …  Et  toi,  au lieu de détruire,

R e- construis … !

____________________________________

NB :

1-  pas à sa place !  plutôt dans le blog  « fermagics et autres acrostiches »  de aaronjosu » ;  mais je suis trop nul pour y accéder !

2-


Archives pour la catégorie Non classé

trimorphe bref (5, 6 et 7 syllabes) sur le silence du Samedi-Saint

.

s  i  l  e  n  c  e

de   l’absence

.

trimorphe 186

.

A = sizain d’hexasyllabes

=

B = quintain d’heptasyllabes

=

C = septain de pentasyllabes

.

.

acrostiches :        (A)   Samedi

                        (B)    Saint

                        (C)    Silence

.

______________________________________________

A

S ilence-intermède :  Ile

A ide    Abandon,       Liaison

Moins  laide,   Ile En prisons,

E xils,   Non Nous ; subtil

D on,    Ce  vi*olon   T’aide,

I le  En  mu*ets   remèdes …

______________________________________

B

S ilence – intermède  :   Ile  Aide

A bandon,  Liaison   Moins laide,

I le  En  prisons,   Exils,   Non

N ous ;  subtil Don,  Ce violon

T ‘aide,  Ile  En mu*ets  remèdes …

_______________________________________ 

C

S ilence  -  intermède :

I le    Aide       Abandon,

L iaison  Moins  laide, Ile

E n   prisons,        E x i l s ,

N on  Nous ;  subtil  Don,

C e  violon    T’aide,    I l e

E n  mu*ets  remèdes …

____________________________________

NB :

1-  Brièveté  virtuose ;  mais trois rimes

2-  Un silence « lâcher-prise »,  le contraire du silence  « Vigny »  d’un autre poème

3-

 

brelanine de chanteur en téléski_

.

Prouvençaù,  se  canto …

hexa-brelanine   (3 strophes  carrées  6×6 )

.

acrostiche :  O  Magali, ma tant  amado …

.

algorithme :  abcdef  efabcd  cdefab  (abcdef)

.

  O ublis  de mots   faciles …

M o n t é e       en  téléski

A    souvenirs  par  bribes,

G lori*eux   à    s’écrire,

A insi  Proust.  Tu déclines !:

L es  déclins  se récitent …

.

I vresse   en toi   décline         ,

M ême  amour   se  récite

A vec  des mots  faciles,

T   é l é      ou     téléski  ;

A dmire   étoile  en bribes

N uit  passée   à  écrire …

.

T a   Provence,  par  bribes,

A fflue.   Il faut  l’écrire …

M émoire  en toi  décline :

A ujourd’hui  tu  récites

D es  poèmes   faciles,

O ublies   le  Téléski ….

___________________________

NB :

1-  la  Mémoire !  on confond tout,  récitations  scolaires,  Coran,  madeleines,  formules  math.,  ahlzeimer…

2- 

 

 

 

full diagonnet d’artisanat poétique, en octosyllabes

 

passive  créativité

super-diagonnet  521 +

en octosyllabes

.

diagonale :   lassé  de l’action,  je  compose …

.

L A      Forme     décide   pour   moi  …

f o r C é ,  l’art-mandat meurt chanson,

me   l a r D E       coléreux       d é p o t ,

ment  col,  LAC    d’hiver,       suées,

s i d a      l ‘ é d i T I O N ,   pas    parti

demeure   vert,   pas   JEU   visqueux

pour  chant  déçu   par vis,  CON c i s ,

moisson   p o é t i q u e      s’y    POSE     …

____________________________________

NB :

1-  je m’étais d’abord laissé aller  à une homographie  sur « vis » :  mais en diagonnet seules les homophonies sont valables … Heureusement le pas de la vis a fini par me sauver !

2-

 

sonnet-dimorphe Oulipo-maniaque, en hexasyllabes, avec trois-quartine en heptasyllabes

.

ouvroir  ou  oeuvre,

à   l’ouvrage !

dimorphe 1066

.

A  =  ultra-sonnet   d’hexasyllabes

=

B = trois-quartine  d’heptasyllabes

.

acrostiches :   (A)   oulipo-maniaque

                        (B)    oeuvre  à  faire

.

A

( abab  abab  abb  aba )

O euvre  à  faire :  chacune

U ne  Ecole ;  en  fragments,

L ‘ inculte  Usage :  aucune

I d é e ,        ni    Vaguement

.

P ratiquée      sans   Rancune,

O euvre  unique, et cent En

M on  effort :  Forme est une

A me      d’art     é l é g a n t ,

.

N i  faveur   ni   tribune …

I nculte  arme  à  slogans,

A rt    inculte,    Intrigant

.

Q uelconque ;  sang,  Rancune,

U n  vers  en blanc ;  ni  En

E x i g e n c e s  :      pas    une   !

_____________________________________

B

(algorithme :   abcd  dacb  bdca  (abcd) )

O euvre  à  faire :  chacune  Une

E cole ;

U…

V…

.

R…

E…

A…

F…

.

A…

I…

R…

E n  Exigences :  pas  une  !

_____________________________________

NB :

1-

petit dimorphe ludique, pour l’amour du grec

ton   « invention »,    invendable

dimorphe 1065  (2  rimes)

.

A = sizain d’heptasyllabes  (+ 2 mésostiches)

=

B     =       septain      d’hexasyllabes

.

acrostiches :   (A)   poïeïn  (+ mésostiches,  statue, rétrograde, et profit, direct)

                         (B)   par-fait

.

A

P   o é s i   E          sur      la       P age,  âge

O      e       U vre  avancée,  du R a v a g e

I   n   a   t  T e n d u   ;    f i g n O l  a  g  e ,

E  c r é m  A g e      à      g r i f  F o n a g e,

I mage  in T      a     n       g       I  b l e       du

N u,  tu  faiS   :          f  r  u  i    T      invendu …

_________________________________________________

B

P oésie    sur  la  page,

A ge, oeuvre  avancée,  du

R avage               inattendu ;

.

F ignolage,   écrémage

A    griffonage,   image

I ntangible           du     nu,

T u   fais :   fruit  invendu …

_______________________________________________

NB :

1-   poésie, poïeïn, faire, fit, profit, parfait…

2-  statue,  perfection,  Phidias ; et praxis, Praxitèle…

3-  titre,  aucune  proximité  étymologique  entre invention et invendable ; d’où l’ironie

4-

________________________________________________

diagonnet d’un poète solitaire, pour Jean-Paul II

réponse à JP2

super-diagonnet 495 +

.

diagonale :    je crierai  en quenines,  dimorphes …

.

J E    n’ai  pas  peur.         Mais   je  ne  peux  pas  ;

n ‘ é  C R I S   que   pouvoirs   vrais,      pas   merdeux  ;

queux     R E c i t         pour    la     Croix           rirait

peurs,   poussif      E N    quelle        e x é g è  s e – h o-

-mme ? et voir pour quelQUE   rang    émet   temps,

jeu    vrai,      là  ;         écran     N I E ,     poisseux   de

ne    pas    croiser,       et    poids       NEUf    en  maux  ;

peut     m ‘ é r i g e r ,     mais     se     f e n  D  I  l  l  a  :

pas   de   réseaux,       tant   de   mots    a MORPHES …

_______________________________________

NB :

1-  Quand seront rassemblées toutes les pièces du puzzle,  on comprendra …

2-  Paris  aujourd’hui  est paralysé de peur,  surtout dans les domaines littéraires et artistiques ; mais de quoi ?

3-  Utilisation  (bien  adaptée  ici)  de la polysémie,   presque obligée,   de la forme diagonnet.

4-  Une taiile déjà respectable (9 x 9),  d’où la difficulté.  mais ça  en valait la peine,  je n’ai pas perdu ma journée (contrairement à ce que semble penser Didier Nordon, que par ailleurs j’estime beaucoup).

____________________________________________

hepta-brelanine, pour une lecture poétique ; en heptasyllabes

poétique  opiniâtre-té

hepta-brelanine

.

acrostiche :  contre la lecture rapide

.

algorithme :  abcdefg  fgbdaec  ecgdfab  (abcdefg)

.

C aduque     P r e s s e ,      éphémère,

O u     romans         s u p e r f i c i e l s ,

N ous   ne   lisons         qu’en   vitesse :

T emps  gagnés ?  perdus ? moyenne

R este    étrangère      au       P o è t e ,

E trangère     à      l ‘ a r t     suprême,

   L a    Pensée       qui    se   respecte …

.

   A rt   humain,  rien de suprême,

L a    pensée   que   l’on   respecte

E st     souvent            superficielle,

C r é d i b i l i t é               moyenne …

T ant  d’oeuvres  sont  éphémères,

U surpant     des   mots      « poètes »,

R econnus,        vieux    en  vitesse …

.

E fforts     de   lire   un   p o è t e

  R efusent      toute         vitesse,

  A cceptent   que  l’on   respecte

  P olysémiques,          moyennes

  I ntuitions,  formes,  suprêmes,

  D é t a c h é e s   de  l’éphémère

  E t    des   mots        superficiels …

__________________________________

NB :

1-  Les assonances   sont  d’abord  des résonances

2-  Dans l’algorithme,  tout  pivote autour de « moyenne » ,  qui reste à la même place dans toutes les strophes 

3-  Médias,  école,  romans,  concurrence des loisirs… :  tout converge vers la lecture rapîde ;  la Poésie  devient-elle impossible ?

4-

______________________________________

super-diagonnet, trop souffrant d’amour, en heptasyllabes et anti-Musset

frappé au coeur,  rien de génial,

diagonnet 464 +

.

diagonale :  tu crées du vent, trop souffrant !

.

T U     ne   feras    rien   de  bon  :

ne   C R E E    pas,     si  n’épuisas

feux pas  D U S  ;  ça  rime  à rien,

rassis   s a V A N T ,  t’en vis pour,

rien n’est rite en TROP, pour louve,

depuis ma vie pour  S O U F F r i r ,

bon  à  rien,  pour  l’ouvrir  FRANC    !

_________________________________ 

NB :

1-  abandonné,  le poète,  même loup,  déprime,  stérile comme n’importe  qui …

2-  la grille des (7 X 7) syllabes  est malgré tout complète,  sans aucun carré noir.

3-  Il n’est pas nécessaire  d’espérer pour entreprendre,  ma bonne vieille devise, utile pour temps de souffrance.

_________________________________________ 

ennéa-tourmaline de tétrasyllabes, aux chanteurs québécois

quand les hommes  vivront d’amour…

9-tourmaline 

 .

(algorithme :  abcdefghi  cabfdeigh  bcaefdhig  (abcdefghi) )

.

acrostiche :  Les soldats seront troubadours

.

L e   Québec,      j’aime :

E spoir ;           poètes ;

S ocle  où  s’enseignent

S avoirs          allègres ;

O ù     survit     faible

L argué,  sans maître,

D ieu  flou ;     bébés,

A mitiés          belles…,

T roubadours  naissent …

.

S oldats    s »enseignent

S auveurs  qui s’aiment ;

E t     tuent    p o è t e

R ebelle   aux   Maîtres  !

O ù    sont    allègres

N ègres  des  faibles  ?

T alent  où  naissent

T ardifs          bébés

R ime  oeuvres  belles …

.

O s e ,        p o è t e ,

U n  Vrai,    enseigne

B eauté    qui  aime

A     tous,    fort,  faible,

D ur, doux, serf, maître …,

O euvres     allègres,

U ne    paix    belle,

R igueur  où  naisse

S auveur   -   bébé  …

____________________________

NB :

1-  à  compléter  par  l’octo-zirconine  (4 strophes verticales)  dont l’acrostiche  sera : « mais nous,  nous serons morts,  mes frères » (petite licence poétique, nécessaire ici).

2-  assonances  et rimes internes,  « as  usual » :  assonances toutes féminines,  la seule masculine  venant  clore le poème .  Noter  l’algorithme,  calculable seulement sur des programmes de multiplication matricielle.  Profitez-en, pas de copyright !

3-  par rapport à la situation parisienne,  je suis effectivement frappé  par la vitalité de la chanson (masculine +  féminine) québécoise ; et  de  la Poésie  de cette ‘belle  Province’ .   

4-  en même temps,  toujours vu de Paris,  la vitalité  technique,  en particulier  informatique + Internet ; réconfortant pour la langue française.

5-  les tétrasyllabes,  pas facile, surtout avec l’acrostiche +  les mots-rimes !

______________________________________________ 

123

foutoir |
rguiegu brahim - ÅíãÇÁÉ æÑÏ... |
dislui |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lusopholie
| Projet Vladikite,cosmos, as...
| Si c'est ailleurs ,c'est ici.